Forêt d'Australie

Ce qui m’enthousiasme et m’étonne à chaque fois c’est l’aspect fondamentalement humain de cette nature. « je me sens venir de là ». « Quand je photographie un arbre, je photographie un humain ». il a sa propre peau, sa propre respiration, son propre sang. La peau de l’un n’a rien de semblable à l’autre et pourtant tout s’ordonne et s’organise avec harmonie. La diversité en fait toute sa richesse.